Blog

L'avis de décès


Un avis de décès est une formalité à réaliser. Il permet d’annoncer publiquement la mort d’une personne. Publié dans un média, il est destiné au cercle de connaissance élargie. Il ne faut pas le confondre avec un faire-part de décès. En effet le faire-part est adressé à la famille et aux proches du défunt. Il est rapidement envoyé par courrier pour annoncer le décès et les modalités des funérailles pour permettre aux proches de s’organiser. À l’inverse l’avis de décès ayant plus une fonction informative, peut être diffusé avant ou après les obsèques.

Un petit texte qui est régit par quelques règles. Découvrez-les dans la suite de notre article.

Comment écrire un avis de décès ? L’avis de décès répond à des règles bien précises. Nous distinguons quatre parties. L’organisation des parties indiquées ci-dessous est le plus fréquent. Cependant, il est possible d’intervertir certaines parties.

1ere partie :

La première partie présente les personnes (civilité, prénom, nom et lien avec le disparu) qui annoncent le décès. La tradition se veut qu’il ait un ordre établi dans l’énumération des personnes, qui diffèrent en fonction de la situation familiale du défunt.

Si le défunt était marié ou en concubinage :

  1. Epoux/se ou conjoint
  2. Enfants et/ou petits-enfants et leurs conjoints
  3. Les frères et/ou sœurs et leurs conjoints
  4. Les parents
  5. Éventuellement les neveux, les nièces, les oncles et les tantes

Si le défunt était célibataire :

  1. Les Parents
  2. Les Frères et/ou sœurs et leurs conjoints
  3. Éventuellement les neveux, les nièces, les oncles et les tantes

Les collègues, amis, l’entreprise ou l’association dont le défunt faisait partie peuvent aussi être cités. Dans le cas où le disparu était divorcé, en fonction des relations, vous pouvez indiquer « ex » femme ou mari.

Il est possible d’indiquer en premier les villes auxquelles s’adresse l’avis.

Ce paragraphe se rédige avec subtilité, en effet il peut blesser des personnes. Attention à ne pas oublier de mentionner un membre de la famille. Une attention particulière est à porter pour les familles recomposées.

2-ème partie :

Commençant par une phrase d’annonce du décès, ce paragraphe présente le disparu. Les prénoms, le nom et l’âge du défunt sont mentionnés, ainsi que le lieu et la date du décès. Dans certains cas, son grade, ses décorations ou son titre pourraient être ajouté ainsi que sa profession. Si le disparu avait perdu son conjoint, il est possible d’indiquer « veuve » ou « veuf » devant son nom. Si le défunt est enterré à côté de son conjoint, il est possible de l’indiquer « Elle/ Il reposera aux côtés de son époux/épouse » Pour les femmes mariées, il convient de préciser son nom de jeune fille « Madame X née Y ».

3 -ème partie :

S’ensuivent les informations sur le type de cérémonie (crémation ou inhumation) et de la célébration religieuse. Enfin les heures, dates et lieux de la cérémonie. La famille peut préciser ses volontés au sujet de l’intimité des funérailles ou du choix en matière de fleurs. Elles peuvent être remplacées par des dons à des organisations.  « Ni couronnes ni de plaques. Mais un don au profit de la recherche contre les maladies orphelines ». Dans les cas où l’avis de décès est publié après les funérailles, il faut l’indiquer par une phrase, par exemple : « Les obsèques ont eu lieu dans l'intimité familiale ».

4-ème partie (optionnelle) :

Pour finir l’avis vous pouvez indiquer l’adresse principale de la famille pour permettre aux personnes d’envoyer leurs condoléances. L’avis de décès peut remplacer le faire-part. Le texte finira alors avec cette phrase « Cet avis tient lieu de faire-part ».

Pour un hommage plus personnalisé, l’avis de décès peut être sous forme de texte ou poème, afin de mieux présenter les qualités professionnelles et humaines exceptionnelles du décédé.

Comment mettre en forme l’avis de décès ? Comme pour le texte, on remarque quelques règles de base :

  • Eviter la ponctuation
  • Les noms propres sont à écrire en majuscules
  • Le nom du disparu se trouve au centre
  • Deux lignes par personne ou couple :1ere avec le nom et la 2eme avec le lien de parenté
  • Si vous choisissez de citer des personnes décédées sur l’avis (par exemple : parents ou enfant du défunt) la coutume veut que l’on mette une petite croix entre parenthèses
  • Une photo peut être ajoutée entrainant un supplément tarifaire
  • Un symbole peut être affiché en fonction de ce que l'on souhaite exprimer (croix, étoile de David, une colombe,...)

Pour finir l’avis de décès n’est pas un support figé : même s’il obéit à un certain nombre de codes. Il va de la famille de s’affranchir des règles pour un avis plus personnalisé.

Comment faire pour publier ? Pour un avis de décès informant sur la cérémonie, il est préférable de le publier deux à trois jours avant les funérailles.

Plusieurs solutions sont possibles :

  • Dans la presse écrite ou numérique : contacter par téléphone le journal que vous souhaitez. Vous serez transféré au service compétent. C’est à lui que vous dicterez le texte et déterminerez la date de parution. Pour une publication le lendemain il faut prévenir au plus tard en début d’après-midi
  • Les pompes funèbres : elles peuvent s’occuper de l’acte de décès. Ce service vous sera rajouté à la facture
  • un site de publication : partage directement l’avis de décès sur le site internet. http://www.deces.ch/B/index.php
  • Des sites de reprises des avis de décès existent comme par exemple hommages.ch qui reprend ceux de 24heures et La Tribune de Genève. Les proches pourront envoyer par le biais de ce site des hommages.

Combien coute la publication ? Pour la presse, le prix varié en fonction du journal (local ou national et de sa notoriété) et de la longueur du texte (calculé à la ligne ou aux mots). Le prix varie entre 500 et 1000 francs. Sur deces.ch, la publication sur le site coûte 105 CHF par canton. Dans la presse le prix varie, par exemple Fr. 1.81 HT par colonne et par millimètre.

Suis-je obligé de faire un avis de décès ? Légalement rien n’oblige une famille à publier un avis de décès ou même un faire-part. Cela s’agit plus d’une tradition. Pour certaines communautés, il offre un statut et une place au disparu. Une famille ne connaît pas toujours toutes les personnes qui ont entouré le défunt. Son objectif est d’informer un grand nombre de personnes. Cela évite d’oublier des proches ou moins proches du disparu.

La petite histoire de l’avis de décès

L’avis de décès existe depuis le Moyenne Age, à cette époque la mort d’un défunt était annoncée à l’oral. Le « clocheteur de morts » criait le nom du décédé, le jour et l’heure des funérailles dans la rue. Au passage, il demandait aux habitants de faire une prière pour le salut de l’âme du disparu et secouer une cloche. La tradition voulait que chaque proche du mort offre un verre au clocheteur, qui finissait souvent sa journée avec difficulté pour se souvenir des noms et des dates des enterrements. Après le développement de l’imprimerie, les avis de décès sont placardés sur les murs ou sur les portes des églises. Les rubriques nécrologiques arrivèrent avec la démocratisation de la presse. Les avis de décès sont publiés dans les journaux. Publication qui existe encore de nos jours, cependant les avis tendent à se digitaliser.

 

Sur tooyoo, vous pouvez rédiger et stocker le texte de l’avis de décès ainsi que celui du faire-part. De plus, pour faciliter les démarches à vos proches, un carnet d’adresses est disponible. Vous pouvez indiquer les noms et coordonnées de vos proches.

Téléchargez nos exemples d'avis de décès